Publié le

Comment réutiliser les feuilles mortes ?

L’automne s’est bien installé depuis quelques semaines et voilà votre jardin jonché de feuilles mortes.

Au chaud à côté de votre cheminée, vous les voyez d’empiler sur votre pelouse en vous disant qu’il va bien falloir faire quelque chose.

Il faut dans un premier temps trouver la motivation de sortir les ramasser, certes, mais pour en faire quoi ?

Les feuilles mortes peuvent être utilisées de différentes manières. Bien conditionnées, elles serviront à protéger et nourrir vos plantes. De quoi rentabiliser son temps à les ramasser !

Pour les ramasser, choisissez une journée bien humide pour plus de facilité. Vous pouvez compter sur votre râteau (de préférence en plastique) ou vous pouvez investir dans un souffleur qui vous épargnera du mal de dos. Dans certains cas, la tondeuse pourra aussi être utilisée.

Nos solutions pour réutiliser vos feuilles mortes :

 ∙ du compost, en alternant les couches de feuilles et de déchets verts dans un composteur. Chaque couche doit faire entre 25 et 30 cm. Un compost réussi pourra être utilisé au bout d’un an, mais attendez 6 mois de plus et vous aurez du humus encore plus efficace !

∙ du paillage, en broyant les feuilles au sol avec une tondeuse. Pour moins de bazar, vous pouvez d’abord rassembler les feuilles dans un grand contenant et utiliser un coupe bordure pour les couper. Il ne reste plus qu’à étaler !

∙ de l’engrais, et même plus précisément de l’engrais vert. Placez vos feuilles mortes dans un grand contenant (un sac poubelle peut faire l’affaire) et laissez-les se décomposer pendant 18 à 24 mois. Le résultat vaut la peine d’attendre !

∙ une activité ludique avec vos enfants : peinture, collage, décorations pour Halloween et photophores (tuto à venir)

Attention ! Certains types de feuilles mortes peuvent être toxiques. Il faudra bannir toutes les feuilles malades. Les feuilles de noyer sont également à éviter.

Dernier conseil : n’hésitez pas à laisser de petits tas de feuilles sous un abri pour les hérissons. En échange, il vous débarrasseront des limaces et escargots au printemps !

Publié le

Les anti-mouches naturels

Il fait chaud, vous fermez les fenêtres pour ne pas laisser entrer les insectes et ainsi profiter de la fraîcheur. Mais votre pièce est soudain infestée de mouches, aussi dérangeantes que sales.

Comme il vaut mieux prévenir que guérir, voici nos solutions anti-mouches pour vous éviter de courir avec votre tapette électrique un après-midi d’été :

Avant toute chose, la méthode la plus classique pour garder les mouches loin de sa maison est de la garder propre. Vaisselle, plan de travail, poubelles, restes de nourritures et bouches d’aération; tout devra être astiqué et désinfecté !

Faire de l’obscurité est aussi une bonne astuce, fermer les volets permettra aussi de vous isoler de la chaleur.

Nos solutions naturelles pour un été sans insectes :

∙ Les plantes et fleurs aromatiques, en pots ou sèches seront à placer aux abords de vos ouvertures et un peu partout dans votre maisons

∙ Le basilic, la menthe pouliot, la mélisse, la citronnelle et la lavande, qu’on peut réutiliser

∙ La tanaisie, le géranium citronnelle et les œillets d’Inde, purement décoratifs

∙ Les huiles essentielles, à diluer dans de l’eau et vaporiser dans la maison : lavande, menthe poivrée, citronnelle, géranium, camphre et eucalyptus

∙ L’ail et l’oignon, à faire bouillir au préalable dans de l’eau et à placer dans des petits récipients au bord des fenêtres

∙ Les clous de girofle, qu’il faudra planter dans un demi citron ou orange, à changer toutes les semaines

∙ Pour les plus exotiques d’entre vous, les plantes carnivores comme la dionée ou la drosera capensis

∙ Alternative non végétale mais tout du moins incontournable : le vinaigre blanc ou de cidre, à mettre dans votre eau avant de nettoyer vos ouvertures

∙ Les classiques pièges : bouteille en entonnoir et sucre et rubans

À placer près de vos ouvertures et dans les pièces que vous désirez, c’est la garantie d’un été dans le silence !

Publié le Un commentaire

Les engrais verts

Une parcelle de votre terrain est vide ou en repos, pourquoi ne pas l’optimiser en cultivant des engrais verts ?
Le principe : faire pousser des plantes qui seront par la suite enfouies dans le sol dans le but de l’enrichir, et qui se substitueront à de l’engrais chimique

Les plantes à engrais vert, une fois récoltées, apportent les nutriments dont votre sol à besoin. Mais leurs bienfaits agissent bien avant !

Pendant leur croissance, leur système racinaire améliorent l’aération et le drainage du sol mais piègent également les nitrates (potassium, phosphore) pour les redistribuer aux prochaines cultures. Leurs feuilles absorbent l’azote de l’air et le fixe dans le sol.

Très bons couvre-sol, elles protègeront l’érosion tout en limitant l’apparition de mauvaises herbes. Les différents plants peuvent de se mélanger afin d’offrir de la biodiversité.

Parmis les plantes à utiliser :

⋅ Le lupin, synthétiseur d’azote, il le recycle dans la terre et limite l’apport d’engrais
⋅ Le sarrasin, qui couvre la terre et empêche l’apparition des indésirables, bon apports en carbone
⋅ La luzerne, pour les terres trop argileuses et peu humifères
⋅ Le seigle, qui permet d’éliminer le chiendent
⋅ La phacélie aux jolies fleurs mauves, idéale pour décompacter les sols et stopper les mauvaises herbes
⋅ Le colza, pour améliorer l’aération et le drainage du sol
⋅ La moutarde, qui désinfecte le sol
⋅ Les feuilles mortes, ramassées à l’automne sont aussi une alternative

Comment faire ?

Les semis se font à différentes périodes de l’année, selon votre choix de plantes et de sol. On retrouve la moutarde, le sarrasin et la phacélie au printemps tandis que le seigle associé à la vesce d’hiver se sèment plutôt à l’automne.

Pour les semis, il suffit de les faire à la volée sur un sol défriché et légèrement ameubli. On nivelle avec un râteau et à moins que vous soyez pressés, pas besoin d’arroser.

Pour la récolte, à faire à avant la montée en graine, plusieurs solutions :

⋅ fauchage et mise au compost, la prochaine culture peut être plantée immédiatement
⋅ broyage à la tondeuse puis incorporation en surface sous forme de paillage, la prochaine culture pourra être mise en place 2 à 3 semaines plus tard
⋅ fauchage et pose d’une couche de paillis pour le faire “fondre” pendant au moins deux mois.

Les engrais bio sont une véritable alternative bio aux engrais classiques. Faciles à cultiver et aux multiples bienfaits, il ne faut cependant pas oublier qu’ils prennent beaucoup de place, puisent dans les réserves du sol et consomment, dans le cas des engrais d’été, beaucoup d’eau.

Publié le

Comment garder son jardin hydraté ?

Vignette de l'article "Les ollas"

Vous partez en week-end par temps de grande chaleur et vous n’avez personne pour arroser votre jardin ? Pas de panique, nous avons la solution : un olla !

De l’espagnol “pot d’argile”, l’olla (ou oya) est un pot de terre cuite dotée d’une ouverture dans la partie supérieure, refermée par un couvercle. Utilisées dans les climats arides, on les retrouve en Europe du Sud, Amérique du Sud mais aussi Arizona.

L’oya est enterrée au pied d’une plante et permet à l’eau de s’écouler uniquement lorsque la terre est sèche. Le végétal y puise l’eau dont il a besoin sans subir de stress hydrique.

Une olla améliore l’irrigation qu’elle soit plantée en pleine terre ou en jardinière, elle réduit de 50 à 70% la consommation en eau.

En magasin, on peut en trouver de 0,25L à 10L, en versions naturelles, émaillées ou décorées. L’olla peut aussi se bricoler à la maison, en suivant les étapes ci-dessous :

Fabriquer votre olla :
Pour ce petit bricolage, il vous suffira de deux pots en terre cuite (un avec et un sans trou) et de colle imperméable :

Si les deux pots ont des trous , bouchez-en avec un bouchon de liège.

⋅ Collez les deux pots face à face et laissez sécher 24h

⋅ Testez l’étanchéité de l’oya en mettant de l’eau. Si elle ne fuit pas, vous pouvez la planter

⋅ Enfouissez votre olla en la laissant dépasser de 5cm

⋅ Remplissez-la d’eau

En hiver, pensez à la déterrer afin qu’elle ne se brise pas à cause du froid.

Vous pouvez maintenant partir sereinement en week-end, sans prendre le risque de retrouver votre jardin desséché !

Publié le

Comment désherber son jardin naturellement ?

Votre jardin commence à porter ses fruits, les tomates rougissent et les fleurs de courgette se transforment petit à petit.
Mais entre deux rangs : l’horreur ! Les mauvaises herbes envahissent votre potager, mais naissent aussi le long de vos murs.

Avant de vous emparer de votre fond de Roundup qui vous a été légué par votre beau-père, laissez-nous vous partager quelques recettes et astuces plus eco-friendly.

Parmi les grands classiques, on retrouve :

⋅ L’eau amidonnée, issue de la cuisson de vos pommes de terre ou pâtes, versée encore bouillante sur les végétaux indésirables.

⋅ Une solution de bicarbonate de soude et d’eau bouillante fait aussi très bien l’affaire

⋅ La cendre de bois comme remède anti-mousse. Dispersée sur les endroits à problèmes, elle permet de les réduire.

⋅ Les faux semis : aérer le sol comme si il allait être semé et enlever les mauvaises herbes qui y poussent

⋅ Le paillage, de préférence organique, qui doit être posé après un premier désherbage et qui limite la pousse

⋅ Les engrais verts, à retrouver dans cet article.

Enfin, pour celles et ceux qui souhaitent faire un peu de chimie, voici notre recette de désherbant maison :

Fabriquer votre désherbant naturel :

La solution va tourner autour d’un ingrédient miracle et incontournable : le vinaigre blanc.
La version la plus simple se résume à :

⋅ 1L de vinaigre
⋅ 2 cuillères à café de liquide vaisselle
⋅ Ou 2 à 3 cuillères de sel de table

Il ne restera plus qu’à vaporiser avec votre “pschit-pschit” et à admirer le résultat !

Publié le

Que faire dans son jardin après les Saints de Glace ?

Place à l’été ! 

Les dernières gelées sont maintenant derrière nous, vous pouvez enfin libérer toutes vos envies de plantation dans votre jardin et potager sans crainte.

Les Saints de Glace sont terminés !

1- Qui sont ces Saints de Glace tant redoutés ?

❄️ 11 mai : Saint Mamert (ou Saint Estelle) “Attention, le premier des saints de glaces, souvent tu en gardes la trace.”

❄️ 12 mai : Saint Pancrace (ou Saint Achille) “Saint Pancrace, Gervais et Boniface apportent souvent la glace.”

❄️ 13 mai : Saint Servais (ou Sainte Rollande) “Avant Saint Servais, point d’été, après Saint-Servais, plus de gelée.”

2- Top départ pour les travaux de plantation

Vous pouvez maintenant vous attaquer à vos travaux de plantations dans le jardin et surtout dans le potager en toute tranquillité !

Au jardin, travaillez le sol en profondeur avant la plantation des vivaces, des arbustes ou des graminées. Plantez-les dans ce sol reposé de l’hiver et pensez à surveiller la reprise de vos plantes par un arrosage régulier notamment.

Au potager, il est temps de sortir vos semis sous serre afin de les laisser se développer directement dans le sol. Disposez vos jeunes plants en ligne, à intervalles réguliers et espacements adaptés selon l’envergure du plant.

3- Vous avez retiré vos voiles d’hivernage trop tôt ?

Vous n’avez pas suivi la météo et voilà que certaines plantes ont souffert !

Au potager, cela peut être assez radical. Des feuilles grillées, voir même un plant complètement mort, les Saints de Glace sont passés par là… Malheureusement, il va falloir remplacer les plants trop fragilisés.

Quand il s’agit de feuilles abîmées ou grillées, enlevez-les toutes, cela évitera de fatiguer la plante, elle se développera à nouveau.

Au jardin, il y a moins de risque, sauf pour les plantes méditerranéennes, lorsque vous n’avez pas la chance de vivre sous ces chaudes latitudes. Là aussi, retirez les feuilles mortes, grillées ou seulement fatiguées. Si vous constatez des rameaux secs et dépourvus de feuillage ou de bourgeons, alors le gel a été bien plus sévère. Profitez en pour redonner une forme à votre plante et dites lui des jolis mots d’encouragement et de soutien, le soleil et la chaleur ne sont plus très loin…

4- Gare à la Sainte Sophie et à la Saint Urbain

Allez, ne soyons pas pessimistes, mais néanmoins surveillez le 25 mai où des derniers coups de froid se font ressentir. Restez vigilants et protégez une dernière fois les plantes sensibles du jardin et certains plants du potager pour ces dernières épreuves.

En mai, fais ce qu’il te plaît !

Le mois de mai nous rappelle que nous pouvons sortir les shorts et les claquettes ! Les beaux jours reviennent, en espérant que le soleil soit au rendez-vous…
Beau temps le jour et pluie la nuit, ça serait parfait non ? Faire bronzette sans connaître de sécheresse pour la végétation !

On arrive à la saison parfaite pour aménager et profiter pleinement de son extérieur : tout fleurit et on vit dehors.

Publié le

Comment créer un potager sur son balcon ?

Quand on habite en ville et en appartement, la nature semble parfois faire partie d’un autre univers.

Pourtant, il est encore possible d’apporter un petit coin de verdure en créant un petit potager sur son balcon.

On vous explique comment faire pousser quelques plantes en milieu urbain sans avoir un mètre carré de jardin, mais uniquement un balcon.

1- Choisir ses plantes pour son balcon

La première chose est de connaitre l’orientation de votre balcon. En effet, on ne plantera pas les mêmes végétaux sur un balcon orienté plein sud et un autre avec une part d’ombre horaire importante.
Le mieux est que vos légumes et aromates soient plantés au sud, sud-ouest ou sud-est. Mais pas de panique, de nombreuses plantes se contentent aussi de 3 ou 4 heures de soleil par jour.

• Pour un balcon ensoleillé : tomates cerise, basilique, estragon, thym, citronnier nain, capucines, bourrache, soucis…

• Pour un balcon avec 3/4 heures de soleil : courgette, navet, radis, carotte, salade

• Palcon plein nord : persil, épinard, mélisse, cerfeuil, oseille, menthe, ciboulette…

Les végétaux sont à planter avec l’arrivée du printemps. Vous pouvez anticiper la plantation en utilisant une serre dès les mois de février et mars pour préparer vos semis.

2- Le choix des bacs, pots et substrat

L’idéal est de privilégier les grands pots (minimum 10 litres) ayant une bonne profondeur afin de laisser les racines poussées en profondeur.

En revanche, les laitues seront heureuses dans une jardinière de balcon. Dans tous les cas, vous veillerez à ce que les pots ou bacs soient percés au niveau du fond. Sinon, les racines pourrissent et la plante en souffre.

Une autre alternative est de choisir un grand bac carré avec 20/30 cm de profondeur. Vous divisez le bac en carrés de 25 cm de côté et plantez un type de plante par espace. Ce système est très intéressant pour optimiser la surface de culture mais également pour procéder à une rotation des cultures.

Nous vous conseillons d’acheter un terreau enrichi en engrais organiques mélangé à des billes d’argile
Le petit plus : mélangez votre compost au terreau pour booster vos cultures !

3- Utiliser les murs du balcon

En utilisant les murs du balcon, vous optimisez la surface de culture pour votre balcon. Les tomates-cerises et les fraisiers forment un habillage végétal esthétique sur les murs, encore plus quand ces derniers sont gris et monotones.

4- L’arrosage et le paillage pour avoir une bonne récolte

Assurez-vous que le substrat dans le pot ou le bac soit toujours humide. L’idéal est de procéder à un arrosage manuel de petite quantité mais régulièrement. Eviter d’arroser copieusement quand vous y penser ou quand la terre vous parait sèche, les plantes auront du mal à s’y adapter.

Préférez l’utilisation d’un paillage organique de type mulch coco ou bois broyé. Cela limitera l’apparition des mauvaises herbes et gardera plus de fraicheur dans le pot. En plus, après décomposition, le paillage enrichira le sol !

Gardez chez vous un petit endroit de nature et découvrez les joies des fruits et les légumes cultivés maison !
Vous trouverez sûrement leur goût meilleur que ceux du supermarché !
Au boulot ! les tomates cerises n’arriveront pas toutes seules à l’apéro !

Publié le

Comment aménager son jardin au printemps ?

L’hiver se termine et les beaux jours arrivent, voici quelques conseils pour reprendre en main votre jardin !

Même si les températures restent encore fraîches, le printemps est bien arrivé et on aimerait bien mettre un peu d’ordre à son jardin pour en profiter au maximum. Mais il n’est pas toujours facile de savoir comment l’aménager.

Voici nos meilleurs conseils pour avoir un jardin agréable à vivre

1. La préparation de la terre

Une terre bien soignée vous garantit une bonne croissance des fleurs, arbustes et arbres que vous avez sélectionné. La chose la plus importante pour commencer est de biner et d’aérer correctement le sol à l’aide d’une bêche.

Après la préparation du sol, vous devrez ajouter du compost organiqueaux endroits où vous comptez mettre de nouvelles plantes. Vous pourrez également en apporter aux plantes déjà en place, cela leur donnera un bon coup de boost !
Si vous avez un coin réservé au potager, vous pouvez également ajouter une couche de 15 centimètres de déchets végétaux : branches, feuilles,écorces… Cette technique est aussi utilisée en permaculture et permet d’enrichir le sol avant cultures !

2. Tailler ses plantes comme un pro

Après avoir laissé son petit coin de verdure en jachère pendant l’hiver, on se dit qu’il serait bien de tout refaire. Toutefois, restez méthodique et commencez par taillerles arbustes, les arbres et les rosiers. Attention, si certaines plantes comme les rosiers, les oliviers ou encore les lauriers roses se taillent au printemps d’autres comme les fruitiers et les arbustes à fleurs se taillent plutôt fin mai/ début juin.

Vous pouvez demander conseil en jardinerie si vous ne connaissez la date de taille de certains végétaux. Il faut bien respecter la nature car une taille trop précoce peut réduire fortement la pousse d’une plante.

Tondeuse sur l'herbe vue de dessus

3. Tondre le gazon dès les premiers rayons de soleil

Le temps de la première tonte pour la belle saison est arrivé. Si de la mousse a fait son apparition, il est préférable de mettre en petite quantité du sulfate de fer. Son rôle est de reverdir la pelouse et de la rendre plus résistante.

Vous pouvez également procéder à une scarification : avec un râteau, cela consiste à retirer les mousses qui se sont développées durant l’hiver. Il vous faudra un peu plus d’huile de coude ! Généralement quand on tond, on en profite également pour retirer les mauvaises herbes. La première tonte se fait à une hauteur moyenne pour ne pas abîmer le gazon. Les tontes suivantes seront plus courtes. Enfin, les tontes régulières permettront de limiter le développement des mauvaises herbes au profit des essences composants le gazon.

4. Planter les premières plantes

C’est très facile de semer des graines de fleurs ! Même les novices du jardinage y parviendront ! Capucines, belles de nuits, cosmos peuvent être plantés dès le début du printemps. Si vous réalisez la semence des fleurs au mois d’avril, la floraison sera visible au début du mois de juin. Une bonne astuce pour les impatients est d’acheter des fleurs déjà en pousse dans un pot. Le résultat en sera plus rapide.

Dans tous les cas, on attend la fin des gelées pour apporter de nouveaux végétaux au jardin.

5. Savoir bien aménager son jardin

Le printemps est la meilleure période pour aménager son jardin. Prenez le temps de la réflexion pour savoir les espaces qui sont nécessaires à votre usage et ceux qui doivent être modifiés. Selon vos envies, vous pouvez prévoir l’installation de bordures, d’allées ou encore de massifs de fleurs. Si vous êtes trop incertain, l’aide de votre coach paysagiste – Extérieur Créative Box– s’avère toujours précieuse.